Un papillon qui en a dans le citron!

Voilà déjà quelques semaines qu'il fait scintiller ses ailes fluo dans les sous-bois. Le papillon citron (Gonepteryx rhamni) est en effet de retour pour la plus grande joie des lépidoptéristes. Son nom dit tout de sa remarquable couleur, qui n'a rien à envier au jaune pétant de la primevère, avec laquelle il partage aussi la précocité. Le citron est en effet l'un des premiers papillons à pouvoir être observé au retour des beaux jours, avec le vulcain, la petite et la grande tortue. Mais ce qui est encore plus fascinant chez cet insecte, c'est sa durée de vie et sa capacité à supporter le gel. Le papillon citron est un champion de longévité: c'est le papillon d'Europe centrale qui vole le plus longtemps. Il pond ses œufs au printemps et éclot en automne. Il vit environ une année sous sa forme ailée, dont cinq mois comme adulte, alors que la plupart des papillons passent la plus grande partie de leur vie sous forme de larve et ne volent que quelques heures ou quelques jours en été. Le papillon citron, lui, hiberne. Il endure la saison froide sous sa forme adulte, dans un lieu protégé de la pluie et de la neige (sous une feuille de lierre, dans une cavité naturelle, sous le toit). Pour se prémunir du gel, il produit une sorte d'antigel naturel qui lui permet de supporter des températures jusqu'à -20 degrés! Dès que le mercure remonte et dépasse plus de 10 degrés durant quelques jours, le papillon citron reprend de l'activité. Il virevolte alors dans les forêts claires et les lisières.


A noter que les faces extérieures de ses ailes sont moins éclatantes: on y distingue des lignes plus claires, qui font penser aux nervures d'une feuille. Cet effet de mimétisme permet à l'insecte de se camoufler au milieu du vert tendre des premières feuilles des arbres. Très ingénieux, le citron!