Le saule est-il un alpiniste?

Il existe en Suisse une quarantaine d’espèce de saules poussant à l’état sauvage. Oui, vous avez bien lu: une quarantaine! Dont 12 ne se rencontrent qu’en montagne, voir exclusivement en zone alpine, jusqu’à 3'000 mètres d’altitude. A cet étage-ci, n’allez pas chercher de grands arbres, haut de quelques dizaines de mètres, mais plutôt de minuscules bonzaïs, champions du nanisme. Cette petite «stature» leur permet notamment de survivre aux conditions climatiques extrêmes. Caractérisé par de minuscules feuilles, courant le sol grâce à un «tronc» et des branches appliquées sur les rochers, ils forment parfois de grands coussinets. Tous les saules sont dioïques: certains pieds portent les fleurs mâles et d’autre les femelles. Il n’est pas rare de repérer les fleurs avant même d’avoir vu l’arbre, celles-ci étant parfois bien plus grandes que lui!



Pas plus haut que 2 cm, ce saule en fait tout un aplat vert!




Les inflorescences du saule à dents courtes sont plus grandes que les feuilles de l'arbre!