top of page

L'équipe de GrandAngle.ch s'agrandit

Désireuse d’élargir son offre, la plate-forme de randonnées accompagnées et d’activités nature GrandAngle.ch accueille une nouvelle collègue. Ann-Christin Nöchel rejoint en effet l’équipe formée jusqu’ici par Cathy Roggen-Crausaz et Emanuel Roggen.



Baroudeuse infatigable, cette jeune accompagnatrice en montagne a sillonné les reliefs d’Europe et de l’Himalaya avant de poser ses souliers de marche en Gruyère. Elle est, comme on dit, tombée amoureuse de ce bout de pays. Domiciliée à Crésuz, dans le Val de Charmey, elle est convaincue que l’aventure débute sur le pas de la porte. Portée par l’envie de partager des moments de liberté près des cimes et désireuse d’allier plaisir, connaissances et sécurité, elle aime accompagner ses client-e-s sur des treks de plusieurs jours, des nuits à la belle étoile ou à la rencontre de la faune hors des sentiers battus.


Ann-Christin, peux-tu te présenter en quelques mots?

Je travaille comme journaliste pour La Gruyère. J’ai suivi ma formation d’accompagnatrice en montagne à St-Jean, dans le Val d’Anniviers. La montagne occupe une grande partie de mon temps libre, que ce soit au travers de la grimpe, du trail, du vélo, de l’alpinisme et de la randonnée. L’objectif est d’être dehors, plutôt que de performer. J’ai aussi pour hobby la lecture et l’écriture.


Comment es-tu devenue accompagnatrice en montagne?

Je ne suis pas née dans les montagnes, mais voilà plus d’une dizaine d’années que j’y crapahute. Et ça faisait quelques années que j’avais envie de partager ce plaisir d’être dehors. Il y a aussi ces nombreuses personnes, notamment au travers du Club Alpin, qui m’ont beaucoup apporté et m’ont énormément appris, que ce soit sur la faune, la flore, mais aussi sur la manière d’évoluer en sécurité. L’idée de la formation d’accompagnatrice a gentiment germé à l’intérieur de moi, mais je me demandais si c’était le moment, si je n’étais pas trop jeune pour amorcer ce projet de vie. Comme je ne suis pas du genre à repousser les opportunités, je me suis lancée.


Le fait d’évoluer avec des personnes dans un cadre très particulier amène un autre niveau relationnel.

Qu'est-ce qui te plait le plus dans ce métier passion?

Il y a deux choses principales. D’abord, le fait de vivre une expérience dehors, qui est à chaque fois différente, parce que la nature n’est jamais pareille. C’est le côté très personnel, à la limite égoïste, mais qu’il faut aussi avoir pour faire ce métier passion. L’autre aspect, ce sont les rencontres et le partage. Le fait d’évoluer avec des personnes dans un cadre très particulier amène un autre niveau relationnel. C’est quelque chose d’extraordinaire et j’ai l’impression que les gens se dévoilent beaucoup lorsqu’ils sont en montagne. Au moment de partir, s’ils disent que ça leur a fait du bien, c’est le plus beau des cadeaux.



Baroudeuse infatigable, cette jeune accompagnatrice en montagne a sillonné les reliefs d’Europe et de l’Himalaya avant de poser ses souliers de marche en Gruyère.
Ann-Christin Nöchel, accompagnatrice en montagne


Si je te demande de choisir un lieu pour une rando, que proposes-tu?

Là, spontanément, j’irais tout de suite me promener du côté du Walopsee, à l’entrée du Gantrisch, en partant de Bellegarde. On peut accéder au lac par un vallon incroyable, surplombé par le Schafberg. Au Garte, le point culminant, la vue sur les Bernoises est magnifique. Il est possible de faire une boucle très sauvage, avec une faune et une flore extraordinaires.


Qu'est-ce qui te motive à rejoindre GrandAngle.ch?

C’est une belle opportunité de collaborer et de pouvoir apporter une patte un peu différente de ce qui est déjà proposé par Cathy et Emanuel, mais tout à fait complémentaire. Le métier d’accompagnateur.trice est parfois un peu solitaire; dans ce contexte, c’est chouette d’avoir un projet où l’on collabore, sans pour autant faire toutes nos activités ensemble. Chacun a ses spécificités et c’est aussi ce qui fait la richesse des collaborations.


Quel type d’activités souhaites-tu développer?

Mon créneau, ce sont les treks sur plusieurs jours, les bivouacs, les randonnées un peu plus sportives et les sorties aventures. Mais l’objectif principal demeure l’émotion qu’on vit là-dehors en étant ensemble. Il y a une réelle envie et un vrai besoin chez beaucoup de personnes de se reconnecter à la nature. Ce qui est tout à fait possible sans aller loin et sans forcément prendre la voiture; on vit dans une région incroyable, dans les Préalpes fribourgeoises et en Suisse de manière générale. Ces endroits sont accessibles à toutes celles et à tous ceux qui recherchent un petit moment de reconnexion avec la nature, qui passe aussi par une connexion à ses propres sens. C’est aussi cela qui fait la beauté de ce métier! Ce n’est uniquement marcher, mais c’est vivre intensement tout ce qu’il y a autour.



Ann-Christin, tu es plutôt...

Bivouac ou cabane de montagne? Bivouac. Ces gens qui ronflent, c’est trop dur! Par contre, je mange volontiers à la cabane et j’aide à faire la vaisselle.

Sandwich ou fondue? Sandwich ou plutôt pique-nique avec un bout de fromage et un bout de pain.

Lever de soleil ou raquette aux flambeaux? Lever de soleil.

Cuisine sauvage ou produits du terroir? C’est dur de choisir, mais produits du terroir.

Montagne à vaches ou pierriers alpins? Les deux, dans la même journée si possible.

Bouquetin ou gypaète? A voir, le gypaète.

Commentaires


bottom of page